Les (très) jeunes sont la cible de la restauration rapide

Les (très) jeunes sont la cible de la restauration rapide

wolf-fastfood

Les (très) jeunes sont la cible de la restauration rapide

Par Julie Comptois

NOTE: VOUS DÉSIREZ LIRE LA PREMIÈRE PARTIE DE CETTE ARTICLE? Cliquer ici

La surprise dans les menus enfants

Pour un petit enfant, l’attrait du restaurant-minute vient autant de la nourriture que du petit cadeau offert (ex. Happy Meal de McDonald’s). D’après l’association américaine CSPI (Center for Science in the Public Interest) c’est une stratégie de séduction qui est « injuste, trompeuse et illégale » et qui porte atteinte à la santé des enfants en promouvant une habitude alimentaire déséquilibrée. Les restaurants-minute ont bien compris que les enfants sont l’avenir de leurs succès et essayent ainsi de les fidéliser jeunes pour que tout au long de leur vie ils retournent à leur restaurant-minute préféré. La stratégie marketing est, chez McDonald’s par exemple, très bien ficelée. Il est en effet souvent proposé aux enfants en plus de la babiole, des aires de jeu et une mascotte : Ronald, personnage souriant, mince qui amuse encore plus les enfants dans un monde coloré et joyeux.

L’association CLCV étudie l’aspect marketing et mesure l’importance de la communication par le biais des sites internet de la restauration rapide. Les sites proposent des jeux vidéos en ligne, des fonds d’écrans à l’effigie de la marque à télécharger, d’inviter ses amis à connaitre la marque, etc. Des jeux proposés permettent de gagner des sandwichs supplémentaires ou des menus « maxi » ce qui est « une incitation directe à la surconsommation de produits gras et caloriques » selon la CLVC.

Une offre qui doit être mieux adaptée

La CLCV appelle les restaurants-minute à adapter la taille des portions, de supprimer les menus « maxi » ainsi que ceux qui sont trop riches en matières grasses et en calories, de supprimer les demis litres de soda et d’adapter l’offre aux différentes tranches d’âge.

En effet, les enfants arrivés à un certain âge peuvent vite se détourner des menus trop enfantins au profit des menus pour adultes. Ceci accroît encore plus le risque d’excès de matières grasses, de sel et de sucre selon lepointsurlatable.fr. Ainsi selon i-dietetique.com « 60% des 10-12ans délaissent les formules conçues pour les petits au profit d’autres menus ».

Les adolescents

Le restaurant-minute est un point de rencontre facile, où les jeunes mangent ensemble et se retrouvent. Le WiFi gratuit à leur disposition est un atout de taille pour une génération connectée en permanence. Le fait de pouvoir manger rapidement et pour pas très cher est un autre atout de taille. Le restaurant-minute est ainsi un endroit privilégié par les adolescents et étudiants.

Une étude publiée dans le JAMA  Pediatrics montre que les enfants et les adolescents prennent plus de calories dans les restaurants-minute et autres restaurants qu’à la maison. Manger à ces endroits ajoute entre 160 et 310 calories supplémentaires par jour. Selon les instituts nationaux de la santé, des repas de restauration rapide vous donnent la valeur d’une journée entière de calories. Cela peut vraiment faire augmenter les kilos.

Une autre étude récente publiée dans la revue Thorax suggère que les enfants qui mangent restaurant-minute au moins trois fois par semaine ont un risque accru d’asthme et de la rhinite.

Le Chocolat et les aliments gras, souvent blâmés pour l’acné, ne sont pas les vrais coupables. Ce sont les glucides. Selon la clinique Mayo, les aliments qui sont riches en glucides augmentent les niveaux de sucre dans le sang, et ils peuvent également déclencher l’acné.
L’étude du magazine Thorax a démontré un risque plus élevé de l’eczéma (inflammation, des correctifs irrités de la peau) chez les enfants ayant une alimentation riche en aliments de préparation rapide.
Emplacement des restaurants-minute

Proche des écoles

Un restaurant-minute présent dans un rayon de 150m autour d’une école augmenterait de 5.2% le taux d’obésité infantile, tel était le constat des économistes de l’université de Columbia et Berkeley aux États-Unis. Janet Currie qui a dirigé cette étude a proposé d’établir une zone où les restaurants-minute seraient interdits. Cela a tout de suite fait réagir McDonald’s qui a affirmé que « limiter ce type de commerces légaux et importants (!), installés en ville, constituerait un dangereux précédent ».

Dans les hôpitaux

Aux États-Unis, 30% des hôpitaux hébergent dans leur structure un restaurant-minute ! (d’après i-regime.com). Ce n’est heureusement pas (encore) le cas en France. Nous voyons tout de suite les problèmes que cela peut engendrer. Le restaurant-minute profite ainsi de la clientèle de l’hôpital tout en bénéficiant de son image valorisante. « Quand un McDo était présent dans l’hôpital, les visiteurs étaient deux fois plus enclins à considérer que la nourriture McDo était saine par rapport à ceux des autres hôpitaux. Preuve que le marketing marche ! » (toujours d’après i-regime.com). Le surpoids étant devenu aux États-Unis le principal problème infantile, il est difficile d’imaginer que dans un centre médical de la nourriture grasse et déséquilibrée soit mise à disposition aussi facilement !

Et l’environnement dans tout ça ?

La restauration rapide génère de très grandes quantités de déchets. D’après taoastro-ifrance.com, une surface de forêt équivalente à la superficie de la Grande-Bretagne disparaitrait  chaque année pour les besoins des restaurants-minute. Une quantité considérable d’emballages papier, carton, est utilisée pour servir les repas. Ces emballages ont une durée de vie extrêmement courte, on mange les aliments qu’elles contiennent pour les jeter dans les minutes qui suivent. La CLCV incite les restaurants-minute McDonald’s et Quick à réduire leurs déchets en proposant des gobelets plastiques durs réutilisables qui sont consignés (comme dans les festivals et concerts où cela fonctionne très bien) mais reste sans réponse de leur part.

L’aspect environnement n’est qu’une façade. Nous nous en rendons également compte sur leurs sites internet où les actions menées pour l’environnement sont vraiment limitées (quand elles sont existantes). Ils utilisent certes des contenants qui sont recyclés ou recyclables, mais presque rien n’est fait pour les recycler ou les éliminer en fin de vie. Il en va de même pour la gestion de l’énergie, de la consommation d’eau… D’après l’étude belge (citée auparavant), « tout se décide en réaction à des pressions extérieures » et il y a un « manque de transparence vis-à-vis du consommateur ». Les plats à emporter constitués de multiples emballages polluent d’autant plus qu’ils sont bien souvent jetés en pleine nature où au bord des routes…

aussi…deux extraits de l’émission Zone interdite sur M6 ne sont jamais passé à la télévision à cause d’une trop forte pression, vous comprendrez vite pourquoi en allant les regarder.  Ils sont intitulés « zone interdite McDo » et zone interdite KFC » sur YouTube

Le mot de la fin …

À moins que les pouvoirs publics, associations et consommateurs ne réagissent et fassent pression pour instaurer différentes mesures aux restaurants-minute, ces derniers auront encore de beaux jours devant eux.

Nous l’aurons bien compris, les restaurants-minute sont synonymes avec :

  1. Une nourriture de mauvaise qualité, déséquilibrée, et dangereuse pour la santé.
  2. Une stratégie marketing qui n’a apparemment pas de limites.
  3. Un désastre écologique

Sources: émission Zone interdite sur M6

dangersalimentaires.com

sante-en-danger.fr