L’âme, courtisane de l’être humain !

L’âme, courtisane de l’être humain !

angel-669262_1280

L’âme, courtisane de l’être humain !

Chercher à observer le rapport de l’âme avec l’être humain et les corps terrestres, physique, mental et émotionnel, en dehors des approches spirituelle, religieuse ou philosophique, a été le moteur et le décideur de mon cheminement dans l’accompagnement et l’aide des personnes.

Je ne pouvais comprendre pourquoi les différentes médecines conventionnelles ainsi que les techniques de soins et/ou d’aide aux personnes, n’intégraient pas cette énergie pourtant reconnue comme primordiale dans le cheminement de l’être humain.

J’ai pris l’option de chercher à comprendre sa raison d’être et son cheminement terrestre d’une manière que je qualifierai de « pratique » et de « relationnelle équitable ».

Je m’en explique : il apparaît que l’âme vient animer les corps terrestres, qu’elle représente ce que l’on peut définir comme étant la « piezo énergie » indispensable à la vie, comme la batterie est indispensable au fonctionnement de notre voiture.
Cette « énergie » vient de l’extérieur du principe de la procréation, comme l’expliquait déjà le Docteur John Eccles, Prix Nobel de médecine du cerveau dès les années 1980 : « Présente il y a vie, absente il y a mort » énonçait-il dans son ouvrage « Evolution du cerveau et création de la conscience » ».

Voici maintenant un résumé de ma perception globale issue de près de 25 années d’observations et d’analyses de cette collaboration entre l’âme et les corps terrestres, telle que je l’ai publiée chez Alfo-Editions dans l’ouvrage « L’âme courtisane de notre vie, mystérieuse et controversée ».

– L’âme (esprit subtil et éthéré) vient d’une autre dimension/vibration pour s’incarner dans les corps terrestres (matière).

A mes yeux, l’âme n’est pas parfaite dans sa phase d’expérimentation d’une incarnation, même si elle est l’essence du parfait, du un, de l’unicité primordiale.
Pour évoluer dans sa recherche d’évolution vers cette harmonie représentée par l’unicité, le un, l’âme, vibration éthérée subtile a besoin d’une matérialisation qu’elle ne peut trouver en phase terrestre qu’au travers des corps matériels et vibratoires que sont le physique, le mental et l’émotionnel.

De plus, pour que l’esprit s’adapte et communique avec la matière, il convient que l’âme se rende compatible ce qui lui appartient dans un premier temps, elle qui a choisi cette incarnation.
L’âme va s’imprégner des vibrations humaines. Dans les schémas éducatifs qui prévalaient jusqu’il a peu d’années, les émotions primaires que l’âme va rencontrer sont souvent « la dépendance et la soumission » issues du transgénérationnel imprégnant les parents, ainsi que la génétique parentale.

La culpabilité qui découle des deux précédentes et des modalités éducatives et religieuses viendra renforcer ces vibrations dès la matérialisation de la vie : « Sans vous je ne suis rien, je ne sais rien faire, je suis impuissant et incapable….. » et toute critique ou reproche que je percevrai dans votre bouche m’entraînera vers cette culpabilité.

L’âme peut vouloir quitter cette incarnation, malgré qu’il s’agisse généralement de son choix. Cette notion étonne et je voudrais l’imager de la manière suivante :

Un élève (= âme) va choisir le type d’enseignement qu’il souhaite suivre (type d’épreuves de l’âme) ainsi que l’école au sein de laquelle il va vivre cette expérience (= le milieu parental et social).
Il arrive de temps en temps qu’un élève réalise assez rapidement que ce milieu est trop différent de lui et de ses désirs, ou que ce type d’enseignement/épreuves ne lui convient absolument pas. Il cherchera donc à quitter cet établissement, ce qui correspond au niveau de l’âme à se désincarner.
Si cela se déroule avant la naissance physique, nous sommes confrontés à une fausse-couche ou à un enfant mort-né.

Cela peut être ensuite le cas tout au long de l’incarnation.
Dans l’ouvrage mentionné ci-dessus, j’exprime le concept que le suicide est animé, soit par une problématique de faiblesse au plan psychologique, soit que l’âme souhaitant fortement repartir et qui ne peut y parvenir qu’au travers le mort physique, va mettre la pression sur le physico/psychologique pour que cela survienne plus tôt que prévu.

– Je voudrais également partager ma conception liée à l’aspect « pratique de la vie terrestre ».

Nous sommes formés et animés par les quatre énergies que sont le physique, le mental, l’émotionnel et l’astral/âme. Ces trois derniers sont des énergies pensantes et conscientes.
Souhaitant aider les personnes à comprendre le sens profond de leur vie et des épreuves qu’elles traversent, je me suis alors posé la question suivante : pourquoi ne se permet-on pas, n’envisage-t-on pas ou n’ose-t-on pas observer l’incidence, les réactions et les comportements de l’âme au même titre et à égalité avec le mental et l’émotionnel ?
La présence de l’âme est quasi unanimement reconnue par les religions et philosophies au fil des millénaires. Mais son approche était cadenassée par les différentes églises et seuls les représentants de celles-ci pouvaient envisager cette forme de vie…dans les critères de leur engagement religieux.

Je me suis trouvé devant des impasses de compréhension des causes et/ou raisons face à certains chemins de vie sans tenir compte d’une interaction consciente de l’âme. J’ai alors osé franchir le cap constant à l’impliquer dans mes recherches, au même titre que les énergies terrestres, le mental et l’émotionnel.

J’ai associé sur pieds d’égalité ces trois énergies conscientes tout en reconnaissant leurs différences. En utilisant alors les trois concepts, leur raison d’exister, leurs priorités et leurs comportements différents, j’accède alors quasi toujours à une compréhension qui apparaît et qui est généralement ressentie comme étant logique « en regard des trois énergies ».

A mes yeux, l’aspect le plus important se situe dans la capacité à accepter que les trois énergies sont imparfaites. Chacune d’elle possède des qualités et des défauts, des forces et des faibles et leurs priorités sont forts différentes. Mais le but de l’incarnation consiste à les harmoniser !

Pour le fun, en droit belge du travail, je dirai que l’âme possède un C.D.I, tandis que les deux autres sont en C.D.D.

L’ouvrage « L’âme courtisane de notre vie, mystérieuse et controversée » ainsi que tous mes autres livres sont disponibles en présentation papier et Ebook sur www.alfo-editions.be

Un Ebook présentant la « Racinologie Holistique » y est également accessible Gratuitement.

Alain Fournier

Pour en apprendre davantage sur notre collaborateur ou pour le rejoindre, cliquer sur l’image ici-bas:

Alain Fournier