À l'orée du 3e millénaire et d'un monde nouveau

À l’orée du 3e millénaire et d’un monde nouveau

children-1056065_1280

A l’orée du 3° millénaire et d’un monde nouveau

Les éternelles diatribes sur le mal, sur l’amour, ou face aux désordres que l’homme provoque sur terre, etc… !

Je vois très souvent passer des textes qui expriment des interpellations ou des coups de gueule sur ces notions.

Le thème le plus fréquent est la dénonciation de la culpabilité des hommes, des peuples, des inventions, des comportements, etc.

Retournons un instant à l’origine de la création qui semble, là aussi, n’avoir duré qu’un instant, bien plus court que celui qui vous sera nécessaire pour lire cette réflexion.

Toutes les particules qui composent l’univers et toutes les galaxies possèdent leur « anti » !

À la matière s’oppose l’antimatière ;

Au proton positif s’oppose l’antiproton négatif ;

À l’électron négatif s’oppose l’antiélectron positif ;

La particule possède une antiparticule ;

Etc.

Les seules particules qui ne possèdent pas d’anti et qui peuvent s’opposer à elle-même sont celles à « charge nulle » !

Cela signifie que tout ce qui possède une valeur positive ou négative possède également son contraire ! Il serait en conséquence nécessaire que l’être humain soit de « valeur ou de polarité nulles » pour qu’il ne connaisse pas les contraires.

Cela signifie aussi qu’il n’existe pas de « coupable » dans l’expression de la vie puisqu’elle est faite, en permanence, de l’opposition des contraires.

L’univers s’est créé il y a quelque 15 milliards d’années et il devrait disparaître de lui-même, aux dires des scientifiques, dans quelques 4.5 à 5 milliards d’années. Il se situerait donc à bonne distance avant de retourner à l’unité, au « Un originel » tel qu’il est également décrit dans les religions, tel qu’il est proposé aux êtres humains de rechercher l’unicité au travers des dualités !

« Le bien et le mal » sont des contraires qui s’opposent par le principe même de la création qui n’existerait pas telle qu’elle fonctionne, sans cette dualité ou ces oppositions.

Si coupable il y a, il se nomme « La Création en elle-même » puisqu’elle contient et qu’elle existe à partir des essences du bien et du mal, du positif et du négatif !

Si nous entrons dans les concepts des différentes religions, le Dieu présenté par chacune d’elles est « Omniscient » et encore « Omniprésent ». En clair, cela signifie qu’Il est tout et partout et qu’Il sait tout !

Nous sommes donc bien en présence de ce même principe qui participe au fondamental de l’existence de l’univers, qu’il soit le fruit d’une création « hasardeuse », ou qu’il soit dû à une « Intelligence » non encore découverte, ou encore qu’il soit d’origine « Divine ».

Le bien et le mal cohabitent pour que l’univers puisse exister !

La vie est donc un terrain d’expériences. Le fait de se critiquer, de condamner ou de rejeter ceux qui font ou qui pensent autrement, ou encore ceux qui ne savent pas encore voire même qu’ils évitent de réfléchir à leur vie, représente un déni de la création elle-même.

Qui condamnerait l’enfant qui tombe en essayant de marcher ?

Qui critiquerait l’enfant qui fait des ratures en essayant d’écrire ?

Qui critiquerait les approches un peu gauches de l’être aimé qui se donne pour la première fois ?

Dans ces petits exemples, je vous vois déjà acquiescer avec un petit sourire et je peux même entendre votre étonnement devant de telles évidences.

Mais quel peut être le rapport entre ces fondamentaux et l’existence des dualités sur terre, entre ces actes basiques et la recherche de « l’union intérieure de l’être pour retourner vers l’unicité » ?

Nous sommes en présence de deux situations similaires, la nuance se situe dans le fait que celles que je viens d’énoncer sont des fondamentales au plan humain tandis que « l’Existence » est un fondamental au niveau de la Création ou du Divin (suivant vos convictions) : INCOMPARABLE & INIMAGINABLE à notre conscience actuelle!

Alors, si nous entrions plutôt dans une certaine humilité qui sied à cette dimension que nous ne pouvons même pas oser imaginer !

Si nous cessions de critiquer et de condamner les propos de tel ou telle autres qui nous semblent « si loin de notre propre compréhension » ?

Si nous cessions d’affirmer plutôt que de proposer, d’informer plutôt que de critiquer, d’exposer notre vue plutôt que de fermer la fenêtre de l’autre, de nous sentir heurté voire agressé si l’autre ne raisonne pas comme nous, si…..

Le bien et le mal cohabitent en une seule création universelle, en un seul Dieu, qui est où sont les fondateurs de ces dualités. N’est-ce pas là que réside notre message terrestre, plutôt que le rêve d’un monde parfait que ni la création ni le Dieu n’ont su façonner dès l’origine de la vie !!!

Ou alors, serions-nous des Dieux connexes qui doivent parfaire la création ???

Comme l’on dit à Liège : « Oufti, y n’a co d’l’ovrèdge ! » (Traduction : Ouf toi, il y a encore du travail)

Alain Fournier

Pour en apprendre davantage sur Alain ou pour le rejoindre, cliquer sur l’image ici-bas

Alain Fournier